Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

"Il faut fleurir là où l’on est"

de : ROUGE MIDI
jeudi 25 mars 2010 - 19h20 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 37.7 ko

de Charles HOAREAU

Ainsi donc ce que nous pressentons et voyons s’accélérer depuis 10 ans déjà s’est une nouvelle fois vérifié ce week-end.

Refus de vote massif et, pour celles et ceux qui se déplacent encore, vote sans grand enthousiasme pour une « gôche » qui ne convainc guère, voilà les grands enseignements des régionales.

Dans ce contexte la raclée électorale que se prend la droite, si elle peut satisfaire, n’est pas pour autant très rassurante, surtout si on ajoute le score du Front National. Ce n’est d’ailleurs qu’à sa présence au 2ème tour et donc à la division de la droite, que la « gôche » doit de garder un certain nombre de régions.

Un élément intéressant ce sont les listes de rassemblement à gauche, (sans guillemet cette fois) qui ont montré, en particulier en Languedoc, Limousin, Nord/Pas de Calais, qu’il y avait des forces capables de s’unir, de proposer sans se renier entre deux tours, distinguant la nécessité de battre la droite et celle de participer au brouillage politique ambiant dans des gestions de compromis.

Pourtant la lucidité oblige à voir que partout, toutes les forces en présence font moins de voix qu’aux dernières régionales et que le refus de vote est particulièrement fort dans les quartiers les plus populaires même dans les trois régions citées.

Un refus de vote qui vient de loin.

Pour les générations qui ont connu 1981 et l’avènement historique de la gauche au pouvoir le désenchantement a commencé là.
Tant d’espoir soulevé par cette victoire historique qui avait largement mobilisé le pays à une époque où les débats politiques étaient des débats de société, où était clairement posée quelle alternative au capitalisme,
tant d’espoir qui 2 ans plus tard devait se briser sur ce que l’on a appelé « le tournant de la rigueur », expression employée pour désigner le fait que le pouvoir élu renonçait à s’attaquer au capitalisme et aux promesses de réforme qu’il l’avaient fait élire et dont le peuple avait tant besoin.
Blocage des salaires, arrêt du processus de nationalisation, refus de s’affronter au grand patronat et même aux directions des entreprises publiques qui gardaient des critères de gestion de droite. Les renoncements furent nombreux et allaient entraîner le pays dans une spirale d’acceptation croissante des exigences du capital.
Sur le plan du logement la gauche avait promis dans son programme commun d’abroger la loi Barre que la droite avait voté 4 ans plus tôt, loi qui avait sonné la mort du logement social en France et au-delà de la construction de logements pour simplement répondre aux besoins du pays dans sa diversité. La gauche ne tint jamais sa promesse et depuis cette date la situation de millions d’habitants des quartiers populaires n’a cessé de se dégrader, sans que les emplâtres appelés successivement politique de la ville ou plans quartiers sensibles (sic !) ne puissent rien changer…

Depuis ces années-là le pays a vu alternativement se succéder au pouvoir le PS seul, puis la droite, puis « la gauche » dite « plurielle », puis re-la droite sans que les alternances n’ouvrent une quelconque perspective politique.

Pire quand le peuple n’a pas voté « comme il faut » en particulier en 2005 contre la constitution européenne, il a d’abord vu se reconstituer au soir même du 29 mai, une alliance encore inconcevable la veille entre la « gauche » du OUI (comme si cela pouvait exister) et celle du NON, ce qui niait le choix pourtant bien réel de société que le référendum supposait et la ligne de fracture entre partisans du NON et partisans du OUI et, quelques mois plus tard, grâce à un artifice nommé congrès, digne des dictatures étrangères que notre pays des droits de l’homme donneur de leçon devant le monde entier ne cesse de stigmatiser, une remise en cause totale de son expression démocratique pourtant bien massive.

Comment dans ces conditions voulez-vous que tous ces gens qui depuis tant d’années voient mois après mois se détériorer leur conditions de vie, assistent à la négation de leur vote et en plus subissent des discours d’un « personnel politique » de moins en moins à leur image, comment voulez-vous que tous ces gens aillent voter ?

Combien de métallos, de chômeurs, de surexploités du nettoyage ou de la sécurité, d’habitants des quartiers populaires sont-ils dirigeants de partis, élus députés, maires ou sénateurs ? Les rares qui surgissent, telles des marionnettes, ne sont là que pour jouer le rôle du pauvre de service quand ils n’apparaissent pas comme l’alibi d’une diversité ou mieux d’une « discrimination positive » que l’on présente comme la dernière des tartes à la crème…

Ce n’est pas le peuple qui a perdu le sens politique c’est la politique qui a perdu le sens du peuple.

Assumons nos responsabilités

Bien sûr ce constat fait, nous ne souhaitons pas en rester là.
Nous ne nous battons pas depuis des années pour baisser les bras devant une situation pareille et accepter comme une fatalité l’évolution de la situation.

De même nous ne pensons pas que certains peuples sont condamnés à un « choix » Sarkozy - Villepin – Aubry - Strauss-Kahn alors que d’autres auraient droit à Chavez ou Morales.

Ce qui se passe en Grèce où le KKE et le PAME secouent le cocotier de la « gôche » au pouvoir et du syndicalisme de renoncement n’est pas un modèle à reproduire in extenso ici, mais avouons que cela donne des idées.

Les salarié-e-s de Fralib pour les salaires, ceux de la chimie pour l’emploi et la nationalisation de l’outil de production, celles et ceux des hôpitaux ou de la SNCF pour un service du public et… tant d’autres, mènent des luttes, sur lesquelles le mouvement politique peut s’appuyer pour rouvrir une perspective et rendre crédible un changement de société. En ce sens le 23 mars est une bonne réponse aux autruches qui ne veulent rien changer à leur action politique.

La conscience politique n’est ni réservée à une élite, ni à une nation. Elle est à construire, à développer, à entretenir.

Rouge Vif se veut seulement un élément de cette reconstruction non pas autour de lui mais avec toutes celles et ceux qui désirent le faire, à partir du peuple et en premier de celles et ceux qui souffrent le plus des méfaits du capitalisme.
Cela dépend donc de chacun de nous, de notre engagement, de notre volonté de reconstruire, du temps que l’on passera à cette tâche.

Comme le dit le dicton : « Il faut fleurir là où l’on est ! »

Ami-e-s lectrices ou lecteurs qui année après année êtes toujours plus nombreux à nous lire, que vous souhaiter d’autre, en ce début de printemps, que de prendre part à la floraison collective ?

Ensemble, comme nous le lançons il y a 10 ans, là où nous sommes, assumons nos responsabilités

http://www.rougemidi.org/spip.php?a...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
"Il faut fleurir là où l’on est"
28 mars 2010 - 18h21 - Posté par momo11

Ce n’est pas le peuple qui a perdu le sens politique c’est la politique qui a perdu le sens du peuple.

Par cette phrase tu as tout résumé,charles.Que les esprits chagrin se posent donc cette question:Pourquoi le peuple déteste la classe politique ?momo11



"Il faut fleurir là où l’on est"
31 mars 2010 - 22h03

Pour le moins Charles c’est quelqu’un qui dit ce qu’il fait et qui fait et fera ce qu’il dit.

Avec d’autres camarades et amis aussi motivés et désintéressés que lui et qui possèdent une énorme capacité de rassemblement.

Mais c’est pas suffisant car ceux comme lui sont rares ou ne sont pas soutenus comme il se devrait par la Direction du Parti qui semble ne pas apprécier l’ombre qu’il leur porte

G.L..







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite