Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

ILS ONT GARDE L’ALSACE

de : NO PASARAN
lundi 22 mars 2010 - 01h24 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Au soir du second tour des régionales, Fillon nous explique que son mouvement n’a pas su convaincre ; le dimanche précédent, la miss Lagarde expliquait que les français, toujours aussi idiots, n’avaient pas bien compris le sens de l’oeuvre du petit timonier.

Visiblement seule l’Alsace a bien compris le sens de l’histoire ; aussi, je propose qu’avant son exil vers son pays d’origine, Zébulon s’installe quelque temps dans cette région(elle est sur la route de la Hongrie) pour y expérimenter les bienfaits des quelques mesures à venir :

 Retraite à 80 ans avec un taux de remplacement égal à 30% du salaire net moyen des trente dernières années de travail.
 Recentrage, pour toute la région, d’un seul hôpital à Strasbourg avec diminution de 50% du personnel.
 Disparition de tous les bureaux de poste ruraux et seul maintien d’un grand bureau dans les préfectures et sous préfectures.
 Liquidation des écoles publiques et renforcement correspondant des écoles privées.
 Pour finir, et compte tenu de la particularité locale, salaire des curés porté à 1500 euros nets mensuels.

J’oubliais ce petit détail : soupe au cochon obligatoire pour tous.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 03h16

Qu’on rende l’Alsace à l’Allemagne !



ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 17h25 - Posté par GGrun

Qu’on rende l’Alsace à l’Allemagne !

et La Rèunion à Madagascar.

Non, c’est pour rire. La Réunion est à gauche 55%. Mais , c’est le peuple réunionnais qu’il faut rendre au peuple en virant les commandeurs (esclaves commandant les esclaves plus durement que les esclavagistes eux-mêmes, maintenant ce sont : gros zozos, ump, ps, pcr))


ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 23h28 - Posté par

Qu’on rende l’Alsace à l’Allemagne ? les allemands n’en voudraient pas ! de l’Alsace et de ses géraniums


ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 07h10 - Posté par Vincent Crosetti

C’est "curieux" que l’on ne parle guère du(des) statut(s) très "particulier(s)" de cette région... A ce titre, l’Alsace est-elle de ce fait vraiment partie intégrante de la France ?... Ceci explique peut-être cela !!!



ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 08h01 - Posté par marie.lina

Mais nous on a pas 23 et des poussière comme en PACA , donc please stop au racisme bête et digne des torchons réacs de la guerre de1914.
Soit le paysan alsacien est borné et croit tout , cependant c’est aussi le seul endroit où je trouve toutes sortes de gens de 2° générations qui adhèrent au fn Donc il y a beaucoup de gens stupides , mais cela n’empêchent pas les autres de souffrir !
Voilà ,on a un No sarko (et ses pôtes néo- lib) day , samedi le 27 /03 place de la Bourse à Strasbourg ( avec les clowns anti-otan),qui c’est tout de même pris la troupe pendant une semaine sans que nos dirigeants des deux bords ne râlent trop !!! salut am mörieu ( c’est de l’alsacien) marie.lina



? sur le recentage d’un seul hopital ?
22 mars 2010 - 08h19 - Posté par Vincent Crosetti

Primo, je respecte l’Alsace et sa population... Mais, voir, par exemple le Concordat en Alsace et l’organisation des enseignements religieux même à l’école publique débouchant donc sur une séparation "incomplète" de l’église et de l’état... Régime local de sécu... Tout cela constitue ce qui est appelé le "Droit Local" dont bénéficie cette région et, après tout, tant mieux pour eux (aide sociale...) Bref, pour les détails, voir les articles wiki par exemple ...



? sur le recentage d’un seul hopital ?
22 mars 2010 - 08h42 - Posté par nazairien

Statut particulier en ce qui concerne la laicité
Article du 11mai 2006 de la LDH Toulon

L’histoire

La loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat ne s’applique pas en Alsace-Moselle. En effet, à l’époque de son adoption, les territoires actuels du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, faisaient partie de l’Empire germanique [1]. Après leur retour à la France en 1918, le poste de commissaire général de la République en Alsace-Moselle est occupé par Alexandre Millerand, partisan d’une intégration par paliers. C’est sous son influence qu’est votée la loi du 17 octobre 1919 spécifiant que l’Alsace-Moselle continuera à être administrée selon les textes en vigueur constituant le Droit local (en particulier le Concordat de 1802 et le statut scolaire restent en vigueur).

Les élections législatives de 1924 donnent la victoire au Cartel des Gauches. Devant la volonté du nouveau président du Conseil, Édouard Herriot, d’achever rapidement l’assimilation de l’Alsace-Moselle - donc la fin du Concordat et la fin de la loi Falloux abrogée en France en 1881 - l’Église catholique organise une campagne de presse, de grandes manifestations, une grève ... pour s’opposer à ce programme. Cette opposition, orchestrée par l’évêque de Strasbourg Monseigneur Ruch, contraint le gouvernement Herriot à renoncer à son projet [2].

Quatre cultes « reconnus »

Ces trois départements continuent donc à relever d’un droit spécifique local, qui couvre notamment la législation sociale, le droit du travail, et les cultes religieux.

Le culte catholique est régi par le concordat napoléonien amendé [3] conclu en 1802 entre Bonaparte et le pape Pie VII. Trois autres cultes sont régis par des règles analogues : les cultes luthérien (Eglise de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine) et réformé (Eglise réformée d’Alsace et de Lorraine) [4], et juif.

Les statuts de ces quatre cultes reconnus reposent sur deux principes :

•En premier lieu, l’Etat rémunère les ministres du culte [5], et les collectivités territoriales participent au financement du culte paroissial. Le montant des rémunérations et indemnités inscrit au budget du Ministère de l’Intérieur dans la loi de finances de l’année 2003 (pour 1 455 postes) au titre des « Cultes d’Alsace et de Lorraine » s’élève à 32.411.295 euros.
•En second lieu, l’Etat pratique un contrôle plus ou moins étendu en matière de nomination des ministres du Culte (il nomme les évêques, sur proposition du Saint-Siège).
Les cultes dits non reconnus s’organisent librement dans le cadre des institutions du droit privé - les collectivités publiques ayant la faculté de leur apporter les soutiens matériels qui leur paraissent appropriés.

L’enseignement religieux à l’école publique

Le « statut scolaire local » organise l’enseignement de la religion (le "catéchisme") dans l’école, en se limitant aux quatre confessions reconnues - ignorant donc les musulmans et les non croyants. Il repose essentiellement sur la loi Falloux de 1850 et la législation allemande de la fin du XIXe siècle [6].

•Dans l’enseignement primaire, l’« instruction religieuse » fait partie intégrante du programme, pendant une heure minimum par semaine, y compris dans l’enseignement public. Assurée à l’origine par les instituteurs selon leur religion, elle l’est désormais en majorité par des catéchistes laïcs et quelques prêtres, pasteurs ou rabbins. Les vacations (cumulables avec le traitement du clergé) sont rémunérées par l’éducation nationale.
•Au collège et au lycée, le cours de religion doit être prévu dans l’emploi du temps ; il est assuré par des « professeurs de religion » agréés par les autorités religieuses. C’est pour titulariser certains d’entre eux qu’ont été organisés des "CAPES" spécifiques.
Dès 1936, un système de dispenses avait été établi. Leur multiplication a érodé la fréquentation, et, aujourd’hui, une majorité des élèves concernés ne suivent pas cet enseignement [7].

Le Conseil d’Etat, par un arrêt du 6 avril 2001, a précisé clairement le droit actuel : l’enseignement religieux à l’école publique n’est pas obligatoire pour les élèves [8] ; la seule obligation incombe à l’Etat qui est tenu d’organiser cet enseignement conformément à la réglementation locale.

Dans une lettre adressée le 8 août 2001 au Ministre de l’Education nationale [9], le président de la Ligue des droits de l’Homme demandait que « l’obligation soit faite à tous les chefs d’établissement (directeurs d’écoles, principaux de collèges et proviseurs) d’avoir à informer clairement chaque année les parents quant à leur droit à la dispense de l’enseignement religieux. » A cet égard, il ne semble pas que la situation soit devenue satisfaisante.

La commission Stasi

Dans son rapport remis au président de la République le 11 décembre 2003, la Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, présidée par Bernard Stasi, revient sur la question :

« La commission estime que la réaffirmation de la laïcité ne conduit pas à remettre en cause le statut particulier de l’Alsace-Moselle, auquel est particulièrement attachée la population de ces trois départements. Un aménagement lui paraît cependant nécessaire. Doit être envisagée toute mesure permettant d’affirmer l’égalité des croyants, des athées et des agnostiques. La pratique actuelle, qui oblige les parents à effectuer une demande spécifique pour que leurs enfants soient dispensés de l’enseignement religieux, pourrait être modifiée. Il suffirait qu’un formulaire soit remis en début d’année scolaire aux parents, afin qu’ils répondent positivement ou négativement à cette offre de cours. » [10]

Parmi d’autres propositions visant à « affirmer une laïcité ferme qui rassemble », la commission propose de « laisser ouvert le choix de suivre ou non un enseignement religieux » [11].

Un statut qui doit évoluer

Le 6 janvier 2006, le président Jacques Chirac est venu à Metz pour une cérémonie nationale de présentation des vœux. A cette occasion, une adresse, émanant de représentants de la FSU, FCPE et de la Ligue de l’Enseignement, lui a été remise, insistant sur les points suivants :

•Chaque fois que cela s’avère nécesaire, et en particulier à chaque rentrée scolaire, il doit être rappelé de façon parfaitement claire que l’obligation de l’enseignement religieux concerne l’Etat qui doit l’organiser, et non les élèves dont les parents ont toute liberté de les inscrire ou non.
•Devant l’absurdité de la notion “ d’obligation pour tous avec dispense ” et par respect de la liberté de conscience, seuls les parents souhaitant que leur enfant suive les cours d’enseignement religieux doivent avoir à le demander.
Ces demandes s’appuient sur le respect de la laïcité comme principe universel et comme valeur républicaine.

Il semble malheureusement qu’elles n’aient toujours pas été entendues - si l’on en juge par un point de vue de Claude Hollé et Bernard Anclin paru le 4 février 2006 dans les Dernières Nouvelles d’Alsace [12] et par un article récent de Roland Pfefferkorn : « Le statut scolaire d’Alsace-Moselle : un archaïsme intenable » [13].

Notes
[1] Ils avaient été annexés par l’Allemagne à la suite de la défaite de 1871.

[2] Source : la page http://www.sgen-cfdt.org/actu/artic... du site du syndicat SGEN-CFDT.

[3] Le concordat a le statut de traité international liant la France et le Saint-Siège.

[4] D’après un article de Yolande Baldeweck, dans Le Figaro du 20 avril 2006, ces deux cultes viennent de « sceller leur union ».

[5] La rémunération du clergé n’est pas spécifique à l’Alsace-Moselle, puisque l’on retrouve certaines de ces dispositions en Guyane, à Mayotte, à la Martinique, en Guadeloupe ou bien encore sur l’île de la Réunion, où les ministres du culte catholique émargent au budget du département.

[6] Concernant l’enseignement supérieur, l’université publique Marc-Bloch de Strasbourg est la seule en France à intégrer deux facultés de théologie, catholique et protestante, délivrant des diplômes d’Etat.

[7] Il est difficile de donner des chiffres précis, mais environ la moitié des élèves dans les écoles, les deux tiers en collège, et la quasi-totalité en lycée ne suivent pas l’enseignement proposé.

[8] En janvier 2000, la mère d’une collégienne d’Hagondange s’était vue suspendre momentanément les allocations familiales pour quelques heures d’absence de sa fille en cours de religion pour lesquels elle avait demandé une dispense.

[9] Source : http://www.ldh-france.org/actu_loca....

[10] Page 49 du rapport de la commission Stasi http://www.laic.info/Members/webmes....

[11] Page 65 du rapport.

12] Le texte de ce point de vue est accessible sur Internet, accompagné d’un appel à signer une pétition en ce sens : http://laicite.blog.lemonde.fr/laicite/.

[13] La pensée, n° 334, oct - déc 2005.

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?...



ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 09h03 - Posté par J.Michel

A présent, quelle différence pour l’Alsace d’être aux mains de l’UMPS que pour le reste de la France ?

Au moins l’UMP a le mérite d’expliquer qu’ils vont spoilier les classes défavorisées et le fait effectivement.

En quoi une région sous régime PS pourra avoir une politique différente d’une région UMP ? Quelle marge de manoeuvre pour une autonomie ?

Ce débat est largement puéril, l’ UMPS n’est qu’une entreprise dont les uns travaillent le jour et les autres font l’équipe de nuit.

L’alsace n’est pas plus réactionnaire que les autres régions, elle est simplement plus cohérente avec elle même.

J.Michel



ILS ONT GARDE L’ALSACE
23 mars 2010 - 01h24 - Posté par lucjry

tout a fait, momo comme d’hab , je suis d’accord


ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 09h35 - Posté par momo11

Oui,mais ils n’ont pas eu la Lorraine.......momo11



ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 10h20 - Posté par

"malgré nous "toujours !


ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 16h02 - Posté par le bigorneau des Saint-Marcouf

Ils ont eu l’Alsace. Ils n’auront pas la Lorraine !



ILS ONT GARDE L’ALSACE
22 mars 2010 - 23h25 - Posté par

touche pas à mes géraniums !






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite