Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Egypte : 50 000 enfants des rues maltraités par le régime de Moubarak


de : Robert Fisk
jeudi 17 février 2011 - 11h40 - Signaler aux modérateurs

par Robert Fisk - The Independent

Les flics ont tiré une balle dans le dos de Mariam, âgée de 16 ans, le 28 janvier depuis le toit du poste de police de Saida Zeinab dans les bidonvilles de la vieille ville du Caire, au moment du maximum de violence exercée par le gouvernement qui tentait de réprimer la révolution. C’était un terrible exemple de la façon dont les forces de Moubarak traitaient les enfants des rues en Egypte.

Elle s’était rendue au poste de police avec une centaine de garçons et de filles également mendiants, pour exiger la libération de son ami, Ismail Yassin, âgé de 16 ans comme elle, qui avait auparavant été traîné à l’intérieur de la station. Certains des enfants qui étaient à l’extérieur avaient à peine neuf ans. C’est peut-être c’est pour cela que le premier policier sur le toit a tiré des balles d’avertissement en l’air.

Puis il a tiré sur Mariam. Elle prenait des photos de la police sur son téléphone mobile, mais elle est tombé au sol avec une balle dans le dos. Les autres enfants l’ont transportée à l’hôpital Mounira à proximité - où le personnel aurait refusé de l’admettre - et ensuite à l’hôpital Ahmed Maher où la balle a été retirée. Ismail a été libéré et s’est dirigé vers la place Tahrir, où les manifestants pro-démocratie ont été attaqués par des hommes armés. Il a erré jusqu’à la rue Khairat - accoutumé à la violence comme tous les sans-abri du Caire - où des inconnus [les flics du poste où il avait été retenu auparavant ? N.d.T] lui ont tiré une balle dans la tête et l’ont tué.

Ils sont partout dans la capitale, les 50 000 enfants des rues du Caire, la honte de Moubarak, un héritage inavoué, des rejetés parmi les pauvres, des sans défense, des orphelins et des exclus, des renifleurs de colle, beaucoup d’entre eux toxicomanes dès l’âge de cinq ans, les filles étant souvent arrêtées et - selon les enfants et les travailleurs des associations d’aide - agressées sexuellement par la police.

Les statistiques gouvernementales égyptiennes affirment que seuls 5000 enfants mendiants vivent dans les rues, un chiffre que les organisations non-gouvernementales et les agences occidentales considèrent comme un autre mensonge de Moubarak pour couvrir un scandale 10 fois pire.

Les enfants interrogés par The Independent ce dimanche, ont également révélé de quelle manière les partisans de Moubarak amenaient volontairement des enfants à la périphérie de la place Tahrir pour jeter des pierres sur les militants pro-démocratie, la façon dont ils ont persuadé des enfants sans un sou de la rue à participer à leurs marches pro-Moubarak. Des essaims d’autres enfants ont fait irruption sur la place elle-même, car ils avaient découvert que les manifestants étaient bons pour eux, les nourrissant avec des sandwiches et leur donnant des cigarettes et de l’argent.

Selon une organisation caritative égyptienne, environ 12 000 enfants des rues ont participé aux manifestations de rue des trois dernières semaines.

« Ils ont dit que c’était leur devoir - un acte patriotique national - de jeter des pierres sur les manifestants, de faire des actions violentes », a déclaré un médecin égyptien de Saïda Zeinab. Selon la même femme, de nombreux enfants ont été touchés par des balles en caoutchouc de la police quand ils se sont retrouvés du côté des manifestants pro-démocratie. Au moins 12 d’entre eux dans ce seul district ont été emmenés à l’hôpital avec des blessures causées par des armes de la police.

Ahmed - il n’est pas sûr d’avoir 18 ou 19 ans, mais il est probablement beaucoup plus jeune - a vu Mariam se faire abattre. Vêtus d’un T-shirt orange, de jeans délavés, de sandales en plastique et d’une casquette de baseball bleu, il était timide et effrayé, même si la station de police de Saida Zeinab a été incendiée par une foule en colère plus tard dans la même nuit du 28 Janvier - après que les flics se soient enfuis.

« C’était juste avant la prière du vendredi et nous avons entendu la police frapper les gens dans la rue », dit-il. « Je suis sorti et j’ai vu beaucoup de gens jetant des pierres - j’ai donc commencé à jeter des pierres sur la police. »

« Tout le monde était en train de jeter des pierres, ma famille, chaque famille, car tout le monde détestait la police. »

« Mariam était en train de prendre des photos sur son portable et la police était sur le toit. Elle tournait le dos au poste de police, mais ils lui ont malgré tout tiré dessus. Des gens l’a emmenée à l’hôpital et elle sortit avec des bandages, mais elle a dit que la plaie lui faisait encore mal et elle croyait que quelqu’un avait volé un de ses reins. Je l’ai vue dans la rue après, dans le quartier d’Abou Riche. Maintenant, je ne sais pas où elle est. »

Des centes d’accueil pour enfants - fonctionnant avec des donations britanniques et d’autres pays européens - ont essayé de retrouver Mariam, mais en vain.

Ahmed était dans la rue quand Khairat Ismail Yassin a été abattu. « J’ai été battu et touché par une ’cartouche’ d’un pistolet paralysant de la police. Beaucoup de jeunes sont passés dans les rues pour voler, dans les maisons ou n’importe où. Ils ont frappé les gens dans les maisons et ont pris ce qu’ils voulaient. »

Ahmed nettoie les vitres des voitures pour de l’argent - aux feux de circulation, dans les embouteillages et aux intersections de routes bloquées - et passe la nuit dans la rue, restant éveillé par crainte des agressions des voleurs puis prenant quelques heures de sommeil après le lever du soleil. Les parents d’Ahmed, comme ceux de nombreux autres enfants des rues, sont vivants, mais il s’est brouillé avec eux il y a longtemps et il refuse de rentrer à la maison.

Mohamed n’a que neuf ans et il a un souvenir confus de la révolution qui a renversé Moubarak. Lui et un autre enfant ont été agressés par trois hommes qui les ont jetés dans un égout - apparemment dans une tentative de leur prendre leur argent. Puis, avec ses frères, il est allé regarder les manifestations dans le quartier Gayar du Caire.

« J’ai commencé à jeter des pierres sur les gens qui disaient ’non’ à Hosni Moubarak. Je suis allé moi-même avec des gens qui ont dit qu’ils voulaient Moubarak. »

« Ils m’ont dit de jeter des pierres. Les gens étaient plus âgés que moi. » Mohamed est originaire de Guena en Haute-Egypte, d’une famille de trois sœurs et trois frères.

« Je suis revenu rester avec un ami qui dormait dans un jardin, » dit-il. « Puis un autre ami a commencé à vivre dans Tahrir et m’a dit de venir là-bas. Je suis donc allé avec Karim et Ali et Mohamed et nous avons trouvé de la nourriture là-bas et nous nous sommes assis avec les gens. J’ai aimé y aller. Parfois je mendiais. Et les soldats me disaient toujours ’bonjour’, et ils m’ont donné quelques fois à manger. »

Ces enfants - souvent beaucoup plus jeunes qu’ils ne le disent - évitent parfois les questions sur le comportement de la police. Ils ont de toute évidence encore peur. Des employés d’hôtel m’ont parlé des policiers forçant des filles vivant dans les rues à coucher avec eux, volant même l’argent de ces filles. Plusieurs enfants ont dit que la plupart de leurs amis étaient accrochés à la drogue. Un jeune homme était clairement dépendant et parlait souvent de façon incohérente de violences policières, de couteaux, d’avoir été battu à plusieurs reprises dans la station de police de Saida Zeinab par deux flics dont les noms et prénoms ont été donnés à The Independent ce dimanche.

Beaucoup d’enfants ont été aspirés dans le tourbillon de la révolution, suivant des foules d’enthousiasme avec un sens de l’aventure.

« Les gens ont commencé à marcher dans les manifestations et j’ai commencé à marcher avec eux », a déclaré Goma. Il est pieds nus et en pantalon sale, et prétend avoir 16 ans. Il est originaire de la ville oasis de Fayoum et a admis qu’il ne savait pas d’abord qui les gens soutenaient.

« Puis ils ont commencé à dire qu’ils aimaient Moubarak et ils ont marché vers Tahrir », dit-il. « Mais quand nous sommes entrés dans Tahrir, d’autres personnes sont venues et ont jeté des pierres sur nous. Je jetais juste des pierres avec ceux qui soutenaient Moubarak. Ils m’ont dit que je devrais aimer Moubarak parce que s’il s’en allait, d’autres personnes viendraient d’autres pays et deviendraient présidents de l’Egypte J’ai été frappé par une pierre dans mon dos, cela me fait toujours mal. L’ennemi m’a jeté une pierre - ’sans doute des manifestants pro-démocratie’. Alors je suis parti parce que je ne voulais pas une pierre dans mon visage ou mon oeil. »

Les enfants de la rue se déplacent au Caire en groupes, faisant des tournées pour obtenir des repas gratuits quand les centres d’accueil ouvrent leurs portes, adoptant des petits chiens et essayant, comme des enfants bien éduqués, d’apprendre à utiliser les ordinateurs donnés par les associations caritatives étrangères.

Mais aucun de ceux que j’ai rencontrés ne savait lire - la plupart ne savent pas comment écrire leur nom en arabe. Certains étaient de toute évidence orphelins ou semi-abandonnés par leurs parents, mais il y avait un grand nombre de récits de parents forçant leurs fils et leurs filles à travailler dans les rues pour de l’argent afin d’acheter de la drogue.

Les malades sont le plus souvent négligés. Les morts n’ont pas d’importance. Le corps d’Ismail Yassin, maintenant un martyr de la révolution égyptienne, reste dans une morgue de l’hôpital. Non réclamé.

Du même auteur :

L’armée resserre-t-elle sa griffe sur l’Egypte ? - 14 février 2011

Un tyran s’en va et toute une nation exulte - 12 février 2011

La révolution égyptienne met à nu le racisme occidental - 11 février 2011

Egypte : 3e semaine, 16e jour, et le régime s’enlise de plus en plus - 9 février 2011

Moubarak est sur le point de s’en aller - 6 février 2011

Epuisés et craignant pour leur vie, les manifestants préparent la succession du régime Moubarak - 5 février 2010

Religieux ou laïcs, pauvres ou riches, ils était tous présents - 2 février 2011

Combien de temps Moubarak pourra-t-il encore s’accrocher ? - 31 janvier 2011

La brutale vérité sur la Tunisie - 20 janvier 2011

Israël s’est glissé dans l’UE sans que personne ne le remarque - 3 août 2010

13 février 2011 - The Independent - Vous pouvez consulter cet article à :

http://www.independent.co.uk/opinio...

Traduction : Abd al-Rahim

http://www.info-palestine.net/artic...



Imprimer cet article





Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Faibles ou puissants les jugements de cour vous ferons blanc ou noir:J.De La Fontaine
samedi 10 - 10h05
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Fake news chez CNews : Pfizer plus dangereux qu’AstraZeneca ?
vendredi 9 - 17h06
de : joclaude
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
Vaccin Russe : L’Allemagne entre en liste ! Des "toutous" suivront-ils ?
mercredi 7 - 16h58
de : joclaude
Vaccin Chinois : Une alternative pas chère, stockable et disponible ! Nouveau supplice à l’impéralisme !
mercredi 7 - 16h53
de : joclaude
1 commentaire
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D
Origine du Sars-Cov2 : des fissures dans la muraille de Chine
jeudi 1er - 23h15
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
COVID-19 : la Chine alerte l’OMS pour être émergé d’un laboratoire militaire américain !
jeudi 1er - 21h23
Allocution Macron : Un effort de plus aux soignants pas apprécié !
jeudi 1er - 20h58
de : joclaude
Vaccin CUBAIN : Un pont aérien serait ouvert ?
jeudi 1er - 20h28
de : joclaude
1 commentaire
JEAN-LUC MELENCHON répond à Macron (video du direct sur Youtube)
jeudi 1er - 15h59
de : joclaude
Grains de sable - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 31 - 20h49
de : Hdm
Le virus et le président, interview des auteurs
mardi 30 - 17h14
de : Claude Janvier
Pendant la pandémie, le sacage de l’Hopiltal continu
mardi 30 - 15h06
de : Alain Collet
Réponse à la déclaration de l’EMA sur l’ivermectine pour la Covid-19
mardi 30 - 11h37
de : pierrot
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 - 17h40
de : FRONT POPULAIRE
La Marche pour une vraie Loi Climat
lundi 29 - 16h57
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Pfizer en Israël, des résultats ?
lundi 29 - 16h45
de : joclaude
Caravane contre le blocus à La Havane
lundi 29 - 16h13
de : joclaude
Théâtre de l’Odéon occupé, l’orchestre de soutien chante El Pueblo !!
lundi 29 - 15h52
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite